Accueil » Nouvelles du RGCQ » Un nouvel élément vient freiner l’entérinement de l’entente

Un nouvel élément vient freiner l’entérinement de l’entente

30 août 2013 – Chien d’assistance: un revers de plus dans le cas de Robert Delarosbil

Un nouvel élément vient freiner l’entérinement de l’entente survenue en juillet dernier

Robert Delarosbil tente depuis presque deux ans maintenant de conserver la garde de son chien d’assistance dans le condominium qu’il habite.

Suite à l’entente survenue en juillet dernier entre le syndicat de copropriété et M. Delarosbil, celui-ci se croyait au bout de ses peines. Malheureusement, dans la journée de mardi, un nouvel élément est venu freiner les procédures.

En effet, une résidente l’immeuble s’est présentée en cour mardi afin d’empêcher que l’entente soit entérinée, prétextant une allergie et une peur bleue des chiens. Robert Delarosbil s’est dit extrêmement déçu de ce nouveau délai. « J’ai de la difficulté à comprendre ça qu’une seule personne qui demeure dans le condo chez moi, parle d’allergie et que je ne la rencontre jamais dans les passages. On a deux ascenseurs. On ne se voit presque jamais. C’est une personne qui était sur le conseil d’administration. Elle a démissionné dernièrement, et ce matin (mardi) elle se présente ici pour s’opposer. »

Un autre acteur important de la situation, M. Rosaire Bertrand, ex-ministre péquiste, déplore aussi la tournure des événements.

La cause a donc été reportée au 19 septembre pour le témoignage de la plaignante. Le juge aura à trancher à savoir si ce qui est allégué par la résidente est suffisant pour contraindre M. Delarosbil à se départir de son chien.

Pour voir le vidéo, cliquez ici.

 

*Source : Radio-Canada