Accueil » Nouvelles du RGCQ » De nouveaux chiffres sur la copropriété

De nouveaux chiffres sur la copropriété

Une nouvelle étude sur la copropriété

La copropriété québécoise connaît une poussée irrésistible dans la Région métropolitaine de recensement (RMR). Celle-ci inclut l’île de Montréal et ses couronnes nord et sud. En juin 2010, ce mode d’habitation enregistrait 883 mises en chantier. Cela représente « plus du double d’unités commencées par rapport à juin 2009, mais aussi le plus grand nombre en comparaison des autres types d’habitations.

Salon Habitat – Ville & Banlieue : Venez visité le Pavillon de la Copropriété du RGCQ du 24 au 27 février 2011 au Stade Olympique.

Mieux encore, pendant le premier semestre de 2010, la copropriété aura surfé sur un raz-de-marée, avec 45% d’augmentation des mises en chantier résidentielles. Même dans certaines banlieues, où la propriété absolue a longtemps représenté le principal moteur de la construction, la copropriété a fait d’importantes percées. En fait, elle a contribué, en majeure partie, « à l’augmentation des activités dans la couronne sud, tandis que dans la couronne nord, sa contribution fut aussi importante que celle de la propriété absolue », révèle un communiqué de presse émis par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL). En somme, dans la RMR, la copropriété et la propriété absolue se retrouvent nez-à-nez en termes de construction, ajoute le communiqué.

« Dans la grande région de Montréal, les mises en chantier de copropriétés occupent, actuellement, environ 40% des parts de marchés. Ce pourcentage atteignait près de 30% au début des années 2000 », précise David L’Heureux, analyste principal de marchés à la SCHL pour la région montréalaise. En outre, sur l’île de Montréal, quelque 70% des mises en chantier visent à construire des copropriétés. Plusieurs observateurs sont unanimes : ce mode d’habitation est en pleine montée, et rien ne semble vouloir l’arrêter.

Ndlr : La propriété absolue désigne un bâtiment et un terrain appartenant à un propriétaire.

Source : condolegal.com

Montréal, le 6 août 2010